Les secrets

Je vous raconte ma recherche d’emploi

Quitter mon travail dans la fonction publique a été une décision facile. Trouver un nouvel emploi a été facile aussi. Mais les recherches et les entretiens eux…se sont avérés bien plus difficiles. Je vous explique tout dans cet article.

Chercher un emploi l’été = pas top

Je savais à quoi je me risquais mais je l’ai fait quand même : trouver un travail en pleine période estivale demande beaucoup plus de temps que la normale. Pourquoi ? Car les entreprises ferment pendant les vacances, les salariés s’en vont, les annonces ne sont pas prêtes… Les recrutements reprennent plutôt vers le mois de septembre donc pas étonnant que je n’ai trouvé que récemment. En même temps, deux mois de vacances après trois ans dans la fonction publique ce n’est pas rien. Au moins j’ai bien profité !

giphy

Les cabinets de recrutement = un avis mitigé

Un avis mitigé…mais bien tranché ! J’ai eu en horreur certains d’entre eux pour leur manque de professionnalisme et de sérieux. C’est simple : tout est question de chiffres. Ils ne pensent qu’à une chose : la commission qu’ils toucheront à la fin du mois pour chaque candidat placé chez leurs « clients » aka les employeurs. Ils n’écoutent pas ce que vous souhaitez obtenir comme type de contrat ou comme type de poste. Je me souviens que l’un d’eux m’a envoyée dans un grand groupe prestigieux, blablabla, alors que le poste ne m’intéressait pas car l’univers de la boite en question ne me correspondait pas. A la fin de l’entretien, le cabinet s’est empressé de me rappeler pour savoir comment cela s’était passé et lorsque je lui ai répondu que mes craintes s’étaient avérées, il n’a pas voulu écouter et m’a même encouragée pour l’entretien suivant. Je n’ai jamais eu de nouvelles de l’employeur. Ni du cabinet. Autre détail important : les cabinets de recrutement disposent de bureaux un peu partout dans Paris et sa banlieue et se relaient votre CV. Il n’est pas étonnant de voir arriver presque tous les jours dans ma boite mail des propositions d’emploi farfelues et de courte durée alors que j’avais spécifié ne rechercher qu’un CDI. Autre point important : les préjugés.

Questions discriminatoires et préjugés = y a (pas) du boulot !

J’ai tellement de choses à dire sur le sujet ! J’ai tout vu et tout entendu. Les questions sexistes (« Vous êtes mariée ? », « Vous avez des enfants ? », « Non ? Quand comptez-vous en avoir ? », « Vous n’êtes pas mariée mais vous êtes en couple ou pas ? », « Vous êtes célibataire pour les impôts ou alors vous êtes en couple avec quelqu’un mais rien d’officiel ? », « Quel âge avez-vous ? Ah…les enfants c’est pour bientôt alors ? »). Les idées reçues et le dédain clairement affiché à l’égard des fonctionnaires (« Chez nous, vous n’aurez pas autant de vacances, hein ! », « Avoir travaillé dans la fonction publique, c’est pas attrayant, il faut tout faire pour effacer cette ligne de votre CV ! », « On attend de vous que vous soyez là tous les jours et que vous ne vous comptiez pas vos heures. », « La fonction publique, je sais ce que c’est, enfin je n’y ai jamais travaillé, mais je sais ce que c’est. », « Ici, on fait des semaines à 40 heures, vous ne devez pas savoir ce que c’est ! », « Le rythme est très soutenu, pas comme sur votre précédent emploi où c’était plus calme ! »). Les propos discriminatoires (« J’espère que Nina présente bien et qu’elle s’habille bien, pas comme sur la photo de son CV ! », « Je ne remets pas en cause vos compétences mais votre profil qui fait trop « administration rigide » », « A poste équivalent, l’emploi que vous occupiez dans le public n’a absolument rien à voir avec celui du privé ! ») et grossiers (« Il y a plein de s****** de b*** à la fonction publique ! », « Et ça se passait comment dans l’établissement mes c******* ? »). Je tiens à préciser que ces deux dernières citations sont absolument véridiques, j’ai vraiment entendu ça lors d’un entretien. Je laisse votre imagination travailler.

Les ressources Inhumaines

Observer à quel point les recruteurs, des professionnels du recrutement et par conséquent des ressources humaines, se fichent des candidats a été un vrai choc pour moi. Je ne compte pas les entretiens où je n’ai jamais eu de réponse, alors même que j’ai contacté l’employeur pour savoir où en était le processus de recrutement. Je me rappelle avoir appelé plusieurs fois une responsable des ressources humaines que j’avais rencontrée en entretien, j’avais passé tous les rendez-vous, et elle ne m’a jamais rappelée ni répondu quant au sort réservé à ma candidature. Je précise que c’était pour le poste aux propos grossiers ? Pas étonnant vous me direz mais tout de même… Même les cabinets de recrutement ne vous donnent pas forcément de nouvelles, c’est ahurissant. Lorsque j’ai trouvé du travail, j’ai tout de suite contacté les services RH des différentes entreprises pour lesquelles j’étais en attente de décision et je n’ai eu (presque) aucune réponse. Un simple « c’est noté » aurait suffi, je ne leur demandais pas de me jeter des lauriers. Ceci dit, je dois avouer que j’ai pris un délicieux plaisir à envoyer tous ces messages du style « Coucou, désolée mais en fait j’ai trouvé mon bonheur ailleurs car vous n’êtes pas assez bien pour moi ! ».

Ce que je retiens

Ne surtout pas se laisser abattre. C’est facile à dire surtout lorsque l’on entend des propos tels que ceux que je vous rapporte dans cet article. C’est une réalité avec laquelle il faut apprendre à composer. C’est triste mais c’est mon constat. S’entendre dire qu’il faut à tout prix faire oublier une expérience dans le secteur public peut être déstabilisant et même destructeur pour certaines personnes. Et je regrette que tous ces « professionnels » du recrutement ne se rendent pas compte de la portée de leurs propos sur l’esprit des gens. Laissez-moi vous raconter une petite histoire : un jeune homme tout juste diplômé d’une école d’ingénieur, décide de se trouver un appart et un emploi sur Paris. Il trouve l’appart. Il ne trouvera jamais l’emploi. Après deux ans de recherches vaines, ce pauvre jeune homme s’est jeté sous les rails d’un train après avoir appris pour la énième fois qu’il n’était pas retenu pour le poste qu’il convoitait en raison de son inexpérience. Le désespoir peut conduire chacun de nous vers des extrémités irréversibles. Faites attention à vous et croyez en vous, rassurez les personnes autour de vous qui peinent à trouver du boulot, parlez-leur. La réalité de notre société est de plus en plus sombre, il faut s’accrocher à tout point de lueur que vous pourrez trouver.

On finit sur une note positive

Tous les recruteurs / employeurs ne sont pas comme ceux que je décris plus haut et heureusement ! Je suis tombée sur des cabinets de recrutement qui m’ont donné de supers conseils. Je viens d’intégrer une équipe (chut, c’est un secret !) qui a choisi de me faire confiance et qui semble ne pas le regretter. Je n’ai pas les diplômes adéquats (ou trop de diplômes) ? Pas grave ! Je n’ai pas l’expérience souhaitée ? Pas grave ! « L’essentiel, c’est que vous ayez une tête bien faite ! ». Oui, elle est bien faite cette tête, elle adore apprendre, elle adore la nouveauté.

Cette tête a trouvé du travail sans l’aide de cabinets de recrutement et sans piston. On a choisi cette tête pour ce qu’elle est et pour son potentiel. Cette tête est fière. Cette tête est forte. Cette tête le mérite !

giphy (1)

4 commentaires sur “Je vous raconte ma recherche d’emploi

  1. Je suis contente que tu ais trouvé un nouvel emploi 👏. J’espère que ce poste te comblera et que tout se passera bien (y a pas de raison !). C’est quand même dingue leurs questions et leurs affirmations à l’emporte-pièce !
    Alors je commence par quoi ? XD. Outre le fait d’être très spécialisée, j’ai rarement eu des problèmes à mes entretiens … néanmoins, j’ai eu pêle-mêle : ” Vous êtes d’où ?” Et gare à toi si tu dis française lol. Vos parents font quoi ? “Ah vous restez en France pour l’expérience!” Et the best : vous avez été adopté ? Ah non mais vous présentez très bien et vos diplômes, j’ai cru que … “

  2. Bonjour Nina,
    Un nouveau secret que je découvre avec plaisir.
    Le monde du recrutement est très difficile … Tout ce que tu décris je l’ai vécu aussi il y a 1 an mais moins longtemps que toi. J’ai eu la chance qu’un de mes anciens professeurs cherchait une assistante commerciale et comme il savait comment “ma tête” était faite :p a décidé de me faire confiance. Et voilà je fête mes 1 an dans la boite !

    Il faut comme tu le dis avoir confiance en soi, en ses connaissances et surtout se connaître. Savoir ce que l’on veut et savoir ce que l’on vaut (pas sur sous-estimer et ce sur-estimer aussi :/)

    En tout cas super article encore une fois, ta plume est extraordinaire 😉

    Belle journée à toi,
    Lili

  3. Tu as le don de me tenir en haleine !
    Déjà, félicitations pour ce nouveau job qui – je l’espère pour toi – sera avec une meilleure équipe que l’équipe précédente ^^’.
    Je suis assez étonnée de voir certains propos tenus dans tes entretiens. Je dirais que j’ai eu de la chance, le seul entretien où j’ai vraiment eu l’impression d’être prise de haut, c’était dans un supermarché : j’ai eu 3 cadres pour un poste d’employé polyvalent au SMIC. A croire qu’ils se sentaient plus pétés les gens.

    Bref, le monde du travail est impitoyable et je sais de quoi je parle, je suis régulièrement au chômage en attendant de trouver ce qui me fait vibrer.

    Belle et agréable journée,
    A bientôt !
    Little No’

  4. Eh ben dis donc, quelle galère ! Ceci dit, ca ne m’étonne même pas, nous sommes ds pions que l’on utilise comme bon nous semble ! Jai moi aussi trouvé un travail seule, en me sortant les doigts si je peux me permettre… le conseiller (si on peut dire) pole emploi étant totalement blasé ( «non mais entre nous, ca va vous servir a quoi une licence de langues étrangères»…euh à plein de choses mon bon monsieur !). Il ne faut effectivement rien lâcher du tout, et j’espère que ton nouveau boulot te plaira ! (Et qu’on aura plein de secrets haha)

Laisser un commentaire